page 1 Page 3 haut au centre
Page 6 bas droite Page 6 bas gauche

 

Au cours des mois de juillet et d'août 2011, Mme Denise Desrochers et M. Vital Gaudreault se sont rendus à Bobo-Dioulasso au Burkina Faso pour tester la méthode et l'approche Kamalpha. Plus de 110 femmes et filles âgées de 3 à 73 ans ont participé à la phase expérimentale du projet pilote de Kamalpha qui s'est avéré être un franc succès. Voici quelques photos du projet pilote tenu au cours de l'été 2011.

Temporairement installé dans une maison privée avec des ordinateurs de fonction et une grande affiche publicitaire à l'entrée, le Centre d'Alphabétisation par Ordinateur Kamalpha a rapidement attiré de nombreuses étudiantes de différents niveaux d'alphabétisation, confirmant leurs besoins d’apprendre ou de perfectionner leurs capacités à lire et à écrire. Malgré le peu de temps et les conditions non optimales dues à un achalandage beaucoup plus important que prévu, obligeant entre autres les étudiantes à partager les ordinateurs, les résultats sont enthousiasmants.

Les étudiantes, n'ayant aucune notion de lecture et d'écriture, ont eu le temps d’apprendre les voyelles, les consonnes et les syllabes simples. Pour celles qui possédaient déjà des notions de lecture, elles ont eu plaisir à lire les textes de la méthode et découvrir les capsules d'information sur les personnalités noires mondialement connues ayant contribué de façon significative à l'avancement de l’humanité. Mais toutes ont grandement apprécié avoir accès à un ordinateur. Pour la majorité des femmes, l’ordinateur était l'inconnu total. Certaines étaient même craintives de toucher l'écran de peur de se brûler. Toutes se sont découvert une passion pour l'ordinateur.

Malgré la présence de la langue française au Burkina Faso, soucieux d'offrir des outils aux Africaines afin qu'elles en bénéficient au maximum et qu'elles puissent en profiter dans leur propre culture, la nécessité de traduire la première section de la méthode Kamalpha en djoula s'est rapidement fait sentir. L’objectif étant d’expliquer des notions de base dans la langue maternelle afin de faciliter leur compréhension de certains mécanismes informatiques et linguistiques. Plusieurs personnes ont fièrement contribué à la traduction des textes et aux enregistrements sonores.

L’équipe Kamalpha est très reconnaissante de l'aide locale reçue au cours de l’été 2011 et souhaite remercier (en ordre alphabétique de prénoms) : Mme Adjara GoutonLgousse Souratié, Mlle Awa Siritié, Mme Banémanie Mariame Traoré, M. Banick Traoré, Mlle Djamilatou Bicaba, Mlle Horokiatou Barro, M. Marcel Idieni, Mlle Salimata Souratié et toutes celles qui ont participé au projet pilote.